Marie Montibert

Se Faire Confiance

Marie_Montibert-se_faire_confiance-Apéritif

Il est temps de se faire confiance.

 

Après une fin d’année très compliquée physiquement et émotionnellement, je me reconstruits pas à pas. Et il est clair que ce n’est pas chose facile.

 

Le plus difficile est la constance. De devoir être partout tout le temps au meilleur de ce que l’on peut donner. Les réseaux n’aident pas. Ils nous poussent toujours un peu plus dans nos retranchements. Se remettre en question, se comparer, faire le point et voir que tout ne va pas dans le sens que l’on aimerait est source de stress et d’inquiétudes.

J’ai pris du temps pour réfléchir à tout ça. Analyser. Comprendre. Déconstruire et prendre de la distance. J’ai aussi compris beaucoup de choses. Je ne m’en suis pas rendue compte de suite mais j’ai fini par en prendre conscience. Les mentalités et les habitudes ont changé. Très vite. Peut-être pas de le sens qui me convient mais c’est ainsi.

La superficialité, l’hypocrisie, ce besoin de consommer toujours plus sans s’inquiéter de l’impact que nos actions ont sur la vie, les gens. Je suis photographe et je suis devenue un simple produit de consommation. Mais je ne suis pas assez marketing… Je n’ai pas envie de rentrer dans ces codes que l’algorithme d’Instagram impose. je n’ai pas envie de me trémousser pour me vendre. Je ne vends pas ça. 

 

Je vends des photos, une relation avec mes clients qui parfois deviennent des amis. Je vends de l’attention et de la bienveillance et pas du buzz. Oui je voudrais être au top de ce que les réseaux proposent mais je ne me vois pas faire ce qu’il faut. Alors je dois me trouver. Trouver ma façon de communiquer là-dedans. Celle qui plaira à des gens qui partage mes valeurs.

 

INTEGRITE. BIENVEILLANCE. PARTAGE. PROFONDEUR.
Et l’AMOUR DE LA PHOTO.

Marie Montibert Photographe Landes Mariage Elope Couples Décalé Rokc n Roll 154

Il est temps de se faire confiance.

 

Je vous disais un peu plus haut que les mentalités avaient changé. De l’hypocrisie, de l’intérêt, de la superficialité. Savez-vous combien de personnes ont tourné dans mon entourage afin de gagner des séances offertes? Et si je demandais un petit dédommagement, lors d’une seconde ou troisième séance photo, je parle de ça à mes débuts pour m’aider à acheter du matériel plus performant, on me disait que finalement ils n’étaient plus intéressé et allé faire leurs photos chez quelqu’un d’autres (qu’ils payaient évidemment…). Imaginez-vous ce que l’on peut ressentir quand ces personnes se disent amis? La finalité est que j’ai très vite appris à me protéger de cette espèce de gens que j’appelle “pique-assiette”.

 

Et puis il y a ceux qui sont là, près de vous, pendant des années et qui profitent de votre patience, disponibilité et écoute. “Tu es une amie en or”. Et quand la route tourne, eux aussi tourne leur veste. “Tu es toxique”. Evidemment le sens des soins à prodiguer et de l’attention a changé. Il faut que tout aille bien pour certaines personnes. Il y en a certains d’entre nous qui refusent d’avori des gens qui vont mal dans leur entourage et que ces derniers ne fassent ce qu’ils disent quand ils le disent. Ce sont souvent vos amis les plus proches et ceux qui vous touchent au plus profond.

 

Il est temps de se faire confiance.

 

Et puis il y a le bonheur des réseaux. Et ces amis virtuels. Ils s’abonnent et vous vous abonnez. Pourquoi? Vous ne savez? Juste parce qu’il faut… Parce qu’il faut rendre la pareille. Est ce comme cela que l’on agit dans la vraie vie? Amassez le plus d'”amis” possible pour en recevoir tout autant? Est-ce ainsi que l’on se fait apprécier de son entourage ?

 

Et puis il faut leur offrir du temps à tous ces gens qui sont là, vos soit-disant amis, il faut les connaître, les apprécier, les caresser pour qu’ils restent parce que n’oubliez pas, ils changent d’avis comme de chemises. Est ce possible d’apprécier 900 personnes ? 2000 personnes ? Pour être honnête j’ai un doute, déjà parce qu’une étude prouve que tout humain n’est pas capable de gérer plus de 34 amis proches à la fois et que j’ai une petite histoire à vous raconter : “Il y a quelques semaines je cherchais à changer mes habitudes, changer de community manager car la dernière m’a vendue de la poudre aux yeux. Donc j’ai contacté et discuté avec des community manager et des coachs en Instagram… La meilleure blague de ma vie. Soit ils échangent avec tellement de personnes que si tu passes des commentaires sous leur publication à un message privé (garder un peu de pudeur svp), ils ont fait le tour de leur bocal et ont oublié notre conversation. Résultat : ils te répondent 2 semaines plus tard et tu passes pour une arriviste qui veut une prestation gratuite… où ils t’expliquent que tu dois faire selon leur méthode sinon t’es un looser et t’as rien compris à la vie sur Instagram. Merci pour l’intégrité et l’individualité de chacun tu repasseras. Même eux sont factices. La plupart se conforment aux dernières règles Instagram, surfent sur la vague avant qu’elles ne cassent et qu’eux tombent de leur piédestal “J’ai 5000 nouveaux abonnés en 1 mois, tu veux la recette? ” … La recette c’est rentre dans le moule, oublie qui tu es et ce qui fait que tu es toi et tu verras tout se passera bien… On me l’a dit explicitement…

 

Il est temps de se faire confiance.

 

Mais grâce à ça, j’ai compris que eux-même ne savent qui ils sont. Que les gens même qui t’enseignent d’être toi-même et de faire ce qu’il te plaît vont à l’encontre de qui ils sont. J’ai compris que je ne voulais pas être dans un moule. Que je n’y suis pas confortable dans ce moule de trends à danser sur des musiques (ça ne veut pas dire que je ne montrerai pas face à la caméra et que je n’aurais pas envie de le faire une fois de temps en temps, mais si je le fais c’est parce que j’en aurais eu envie). Et que au final, cette mode comme toutes les autres, passera. Et qu’ils y en a qui doivent rire quelque part en se disant que cette nouvelle mode a amené des millions de gens à se trémousser dans le vide pour faire apparaître des mots et des phrases… Moi y compris haha…

 

Il est temps de se faire confiance.

 

J’ai aussi compris autre chose mais pas plus tard qu’avant-hier… en l’espace d’un an je reçois moitié moins de likes sur mes posts. La faute a mon absence et la sanction irrévocable d’Instagram… Tu es jeté dans les oubliettes de l’opéra… Tu n’as pu géré ton business parce que tu as traversé une période difficile, tu te donnes de la peine pour remonter à la surface et la seule chose que tu trouves, c’est du dédain et de l’oubli… Merci Instagram… Ta clémence me touche. Et par conséquent depuis des semaines, j’ai perdu estime en mon travail… Plus de likes = mauvais travail. Sauf que remettons les choses à leur place…. Il y a trop de paramètres non humains dans un algorithme pour prendre en considération qu’il apprécie ou non mes photos. Non mais, j’ai failli croire qu’Instagram pouvait aimer l’art… lol. Une fois cela pris en considération…

 

Il est temps de se faire confiance.

 

A l’air où nous consommons plus que de raison, je suis devenue moi-même un produit de consommation. Je suis moi-même devenue à vendre. Je me suis estimée selon le marché, truqué de surcroit, pendant des mois. Voir des années. Je me suis torturés à me dire que je devais faire ci et ça même si le coeur n’y étais pas… Le coeur a ses raisons, que la raison ignore…. Pardon, je m’égare… Enfin la raison et le coeur se sont alignés… et ont décidé d’envoyer paître les impositions d’Instagram. Cela ne veut pas dire que je ne ferai pas de posts réguliers, pas de reels, pas de ci ou ça, mais cela veut dire que je ferai parce que c’est en accord avec moi-même et ce que j’ai envie de partager. Oui j’ai envie d’avoir des milliers de followers mais seulement si derrière il y a des conversations et des échanges, des personnes qui me demandent de les photographier, de refaire leur site ou leur identité graphique. Des gens qui me font confiance. Oui Instagram reste une vitrine non négligeable et que je ne suis pas la photographe la plus connue du monde, alors non je ne vais pas non plus abandonner cette plateforme, je ne peux pas me le permettre. Et puis grâce à Instagram je rencontre des personnes incroyables de talents. Et ça il ne faut pas lui enlever. Si il pouvait y avoir un Tinder pour les centres d’interêts dans nos régions je serai la première utilisatrice… Mai dans tous les cas, je reprends mon droit de penser et de créer, je m’affranchis de ces dictats, j’en ai bien assez dans ma vie de tous les jours pour ne pas me laisser abuser par un réseau social qui peut-être demain n’existera plus, et surtout…

 

 

 

Il est temps de se faire confiance !

 

Dans les films et dans la vie, on voit souvent que les personnes les populaires sont les plus à plaindre quelques années plus tard. Croyez-vous que ce soit similaire pour les reines d’Instagram ?

 

Marie_Montibert-se_faire_confiance-voiture

Si vous voulez discuter avec moi de cette lettre vous pouvez m’écrire à travers mon formulaire de contact ou sinon via les réseaux sociaux sur mon compte Instagram @mariemontibert.photographe. Dans tous les cas, il est temps de se faire confiance.

Partage sur :

Leave a Comment

Social Media

Les plus lus

Pour tout savoir

Abonne-toi à ma newsletter

Promis je ne t’enverrai pas de spams! Une newsletter à la fin du mois et des offres vraiment intéressante!

A la une !

Mes posts qui ressemblent

Marie_Montibert-se_faire_confiance-Apéritif

Se Faire Confiance

Il est temps de se faire confiance. Après une fin d’année très compliquée physiquement et émotionnellement, je me reconstruits pas à pas. Et il est